Accueil du site
ACCUEIL / ACCUEIL / Etre ouvrier en Isère
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

ACCUEIL

Etre ouvrier en Isère – XVIIIe - XXIe siècle
ETRE OUVRIER EN ISERE- XVIIIe-XXIe siècle
ETRE OUVRIER EN ISERE- XVIIIe-XXIe siècle

Dans un contexte de crise économique et de mondialisation, l’exposition engage une réflexion sur la condition ouvrière aujourd’hui. Elle retrace l’histoire de ces hommes riches de leurs savoir-faire, exigeants sur la qualité  de leur travail, empreints de valeurs d’entraide, qui ont construit leur culture et forgé un patrimoine commun, dont il convient de conserver la mémoire.

Favorisée par la diversité des ressources naturelles et le développement des voies de communication, l’Isère a connu une activité industrielle intense depuis la seconde moitié du XIXe siècle. Vizille, Vienne, La Mure, Bourgoin-Jallieu, Voiron puis Grenoble deviennent de véritables «centres industriels» où s’installe une main d’œuvre nombreuse, originaire des campagnes voisines, de la montagne ou de plus loin. Les femmes occupent une place déterminante dans le monde industriel dès la seconde moitié du XIXe siècle. Avec les enfants, elles constituent l’essentiel de la main d’œuvre des usines de tissage de la soie du Bas-Dauphiné. C’est aussi au XIXe siècle, que l’industrie recourt à la main-d’œuvre immigrée très souvent réservée aux travaux subalternes. Le monde ouvrier est aussi celui de la solidarité et du combat. Jusqu’au début du XXe siècle, les ouvriers ne sont protégés par aucune loi sociale. Se mobiliser collectivement devient très vite une nécessité. Ensemble, ils créent un rapport de force et défendent leurs droits en faisant grève ou en occupant l’usine.

Depuis les années 1970 – la fin des Trente Glorieuses – le machinisme réduit les ouvriers à de simples exécutants. Ils sont de surcroît les premières victimes des fermetures d’usines en série. Peu à peu, tout ce qui faisait l’identité ouvrière disparaît jusqu’à l’oubli du sentiment d’appartenir à une classe spécifique.

DATE

Du 24/10/2008 au 01/01/2010

ORGANISATEUR


COMMENTAIRES

DÉPOSER UN COMMENTAIRE

Retour à la page précédente
Voir tous les événements

Partager cette page  

INFORMATIONS PRATIQUES

  • Exposition temporaire
    Cette expostion a été présentée jusqu'au 4 janvier 2010
  • Dossier de presse
    Prochainement disponible