Accueil du site
LES EXPOSITIONS DU MUSÉE DAUPHINOIS / Nunavik. En terre inuit
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Nunavik. En terre inuit


Sans titre, sculpture en stéatite, Pootoogook, 1971. Coll. Musées de la civilisation à Québec

NUNAVIK
EN TERRE INUIT
Exposition présentée du 24 mars 2016 au 2 janvier 2017 au Musée dauphinois, Grenoble

« Ceux du Sud ne savent pas
ce qui se passe dans les contrées du Nord
à la fin des arbres »
in La vie dans le Nord,
Beatrice Deer, auteur autochtone,
2010

 

Comment des hommes et des femmes peuvent-ils survivre sur des terres hostiles à nos yeux, dans le froid et l'isolement ? Qu'ont-ils de commun avec les communautés alpines d'autrefois ? L'exposition emporte le public vers un ailleurs lointain, le Grand Nord, à la rencontre de ceux qui se nomment désormais Inuit (les humains) et non plus Esquimaux. Le Musée dauphinois, en partenariat avec les Musées de la civilisation à Québec et l'Institut culturel Avataq, raconte l'épopée des Inuit du Nunavik. Aujourd'hui fixées dans des villages, ces communautés du Nord du Québec continuent à perpétuer leur culture ancestrale.

Venus d'Asie il y a environ 8000 ans vers le nouveau monde en franchissant le détroit de Béring, les Paléoesquimaux pénètrent la vaste région arctique et sillonnent la banquise à la poursuite du gibier marin et terrestre dont ils se nourrissent. Certains traversent l'Arctique canadien autour de l'an Mil pour venir à l'Est du Canada, rencontrent les premiers Européens au XVIe siècle et sont finalement sédentarisés au XXe siècle. Après des années de négociations avec le Québec, ils obtiennent finalement un vaste territoire - le Nunavik - et la création d'une structure de gouvernance qui respecte leurs droits.

Leur ingéniosité légendaire leur a permis de s'adapter à l'environnement, résister aux convoitises du monde occidental et finalement prendre en mains leur destinée.

L'exposition rassemble une exceptionnelle collection de pièces archéologiques, d'objets de la culture matérielle et d'œuvres d'art inuit contemporain (sculptures et arts graphiques) provenant des villages côtiers de la baie d'Hudson et d'Ungava. Photographies et films rares illustrent la vie communautaire d'hier comme celle d'aujourd'hui et révèlent la parole inuit, les fameux « chants de gorge » ou encore les musiques actuelles. Les objets issus des collections du Musée de la Civilisation de Québec documentent la vision du monde des Nunavimmiut, peuple autochtone de l'Arctique québécois, dont les jours sans nuit ou sans lumière sont peuplés d'esprits. Leurs productions artistiques contemporaines laissent apparaître de nouveaux imaginaires.

En 1966, Pierre Tairraz, photographe et cinéaste de haute-montagne part avec Roger Frison-Roche, guide de montagne et écrivain en expédition dans le Grand Nord canadien pour partager la vie des « Peuples chasseurs de l'Arctique ». Il en rapporte des photographies exceptionnelles dont une trentaine d'entre elles prolongent le parcours de l'exposition.

 

« Il n'y a plus que le ciel et la toundra,
une éternité de mousse hantée par les loups.
Plus loin, on arrive à la baie ou à la banquise en hiver,
le véritable pays des Inuit »
Jean-François Létourneau,
in Revue ZINC, 2015

 
En partenariat avec

        

 

  

 

Partager cette page