Accueil du site
LES EXPOSITIONS DU MUSÉE DAUPHINOIS / Le Musée dauphinois
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Le Musée dauphinois

Le Musée dauphinois : un laboratoire expérimental depuis 1906 !

Cultivant sa singularité dans un paysage patrimonial riche et dense, le Musée dauphinois est une institution qui a toujours fondé sa mission sur le partage avec les publics les plus divers. Depuis les expériences du « muséo-tente » dans les années 1980 jusqu'à la mise en place d'une politique patrimoniale globale sous l'égide du Conseil général de l'Isère ou à la confrontation avec la création contemporaine, les plus diverses procédures de médiation en direction du public ont été tentées. Le recours aux nouvelles technologies est lui aussi ancien, amorcé avec le premier vidéodisque analogique à la fin des années 1980, ou la mise en place de l'un des premiers sites Internet de musées en 1997. Comme avec le recours quasi systématique au patrimoine sonore et à l'image animée dans les expositions.
Mais c'est surtout dans sa politique culturelle que le Musée dauphinois trouve son originalité. Et notamment dans l'éclairage qu'il donne sur des thèmes peu investis par les institutions patrimoniales (le patrimoine industriel, la mémoire ouvrière, les cultures immigrées, etc.) et par le regard, toujours fondé sur les hommes et femmes qui ont fait ce patrimoine, plutôt que sur les objets et documents qui nous sont parvenus.
La direction de la culture, archives départementale, service de la lecture publique, équipes des musées sont persuadés que l'expérimentation est plus que jamais nécessaire en matière de technologie numérique. En effet, les usages des institutions culturelles changent en profondeur, les comportements évoluent vite et génèrent des images nouvelles de l'histoire et de notre relation au patrimoine. Le musée restera incontournable, le lieu d'une rencontre exceptionnelle avec le document original, mais son usage et sa représentation en seront profondément transformés.

 Le Musée dauphinois : un musée de la civilisation des Alpes !
Le Musée dauphinois inscrit son action dans la relation de proximité qu'il entretient avec les habitants d'origine et d'adoption des Alpes dauphinoises. Lieu d'investigation de toutes les périodes de l'histoire alpine, il est aussi un espace de réflexion sur notre temps. Chaque année deux à trois expositions, toujours enrichies de publications scientifiques, de conférences et de débats, explorent tour à tour les champs de l'archéologie, du patrimoine régional, rural ou industriel.

Un patrimoine régional pour penser le monde
Des premiers temps de l'humanité à l'actualité la plus vive, le Musée dauphinois rassemble, conserve et transmet les témoins d'une mémoire collective. Passerelles entre le passé et le présent, mais aussi entre le local et l'universel, les collections du musée participent à la compréhension de l'histoire contemporaine.

Les expositions temporaires
Le musée vit de cette grande respiration faite de collectes et de restitutions, d'acquisitions et d'expositions. Les thèmes explorés relèvent d'une découverte, d'une interrogation, d'une recherche qui s'achève, d'une commémoration qui se prépare, d'une acquisition ou d'une urgence. À chacun de ces choix une relation s'instaure entre le musée et les habitants d'un village, d'un massif, d'une vallée, des éleveurs transhumants, des potiers, des représentants du monde ouvrier, des immigrés de l'Italie du sud, de Grèce, du Maghreb ou, s'agissant du Tibet ou de l'Afrique, des associations locales qui travaillent avec leurs habitants... En donnant forme, ambiance et lumière aux expositions, scénographes et graphistes contribuent à l'évolution d'une muséographie en constante expérimentation.

Les expositions de longue durée
Gens de l'alpe et La Grande histoire du ski rendent hommage au génie des hommes qui ont su composer avec l'espace montagnard, l'altitude et la neige.

Les collections
Seule une infime partie des collections peut être présentée. Lorsqu'ils ne sont pas en cours de restauration ou déposés dans d'autres musées, les objets sont conservés dans des réserves thermo-hygrométriques. Les acquisitions s'effectuent au fil de la programmation culturelle du musée mais elles tiennent compte aussi des urgences, des sauvetages, des dépôts archéologiques ou des opportunités.
L'iconothèque réunit des milliers de dessins, estampes, affiches, cartes et plans, cartes postales, vignettes, étiquettes... La photothèque s'enrichit au rythme de plusieurs milliers de documents par an, tous indexés dans une base de données informatisée. Elle est considérée comme l'une des sources iconographiques majeures sur les rapports de l'homme et de la montagne. Un millier de films constituent la filmothèque. Deux mille enregistrements sonores et près de 20 000 ouvrages complètent ce fonds spécialisé sur l'histoire et l'ethnographie du monde alpin.

Sainte-Marie d'en-Haut
Classé Monument historique, le couvent de Sainte-Marie d'en-Haut a été fondé au début du XVIIe siècle par François de Sales et Jeanne de Chantal pour abriter la quatrième maison de l'ordre de la Visitation. La chapelle du couvent est un des rares vestiges de l'art baroque en Isère, dont les décors célèbrent la canonisation de François de Sales.

 

Partager cette page