Accueil du site
LES EXPOSITIONS DU MUSÉE DAUPHINOIS / Voir midi à sa porte - Cadrans solaires de l'Isère
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Voir midi à sa porte - Cadrans solaires de l'Isère

VOIR MIDI À SA PORTE
CADRANS SOLAIRES DE L’ISÈRE
Exposition présentée du 13 décembre 2013 au 15 septembre 2014

Il est temps de faire toute la lumière sur les cadrans solaires qui ornent encore à profusion nos façades en Isère ! Plus de sept cents inventoriés placent en effet notre département parmi les plus riches en cadrans conservés. Le Musée dauphinois met en scène ce patrimoine singulier, à la fois populaire et savant, pour retrouver l'histoire politique et religieuse de la France à l'échelle locale. Parallèlement, l'exposition s'attarde sur l'histoire scientifique de la mesure du temps, pour remettre nos pendules à l'heure.

Matérialiser l'idée du temps qui passe a toujours fasciné. Alignements mégalithiques et calendaires, horloges à eau, sabliers, cadrans solaires, cadrans en pierre « scaphés » ou même de simples tiges plantées dans le sol pour capturer la course de l'ombre, l'homme n'a eu de cesse de perfectionner ces mesures du temps, au gré de ses besoins. L'alternance du jour et de la nuit, les phases de la lune, le mouvement des astres dans le ciel, autant d'indices repérés par les premiers inventeurs pour définir le jour, le mois et l'année.

Le visiteur découvrira l'influence marquée de l'Église qui, plusieurs siècles durant divisa le jour en temps de prières indiqués par les cadrans canoniques. Il s'amusera des devises peintes sur les cadrans solaires adossés aux maisons, exprimant les idées patriotiques, les pensées philosophiques ou teintées d'humour de leurs propriétaires. Il rencontrera des cadraniers, véritables artistes chargés de la composition ornementale des cadrans.

Parmi les trésors extraits des collections du Musée dauphinois, les aquarelles de Thiébaut Schurch réalisées au début du XXe siècle attestent pour certaines de l'existence de cadrans aujourd'hui disparus. Elles témoignent également d'un art populaire alors sur le déclin.

Le constat alarmant de l'état de nombreux cadrans sera fait et illustré de plusieurs exemples de restaurations réussies. À l'heure de l'horloge atomique, de très belles créations contemporaines montreront le regain d'intérêt pour ce patrimoine populaire.

Avec la collaboration de Chantal Mazard,
conservateur en chef du patrimoine honoraire et auteure de l'ouvrage « Les cadrans solaires de l'Isère »
et de l'Atelier Tournesol

Partager cette page