Accueil du site
LES EXPOSITIONS DU MUSÉE DAUPHINOIS / Caractères d’altitude / Portraits de l’alpe - La démarche
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Caractères d’altitude

Portraits de l’alpe - La démarche

Le projet consiste à recueillir les récits de vie et les rapports entretenus avec le territoire des Ecrins au quotidien et à les mettre en images par la photographie. Des témoignages sur les manières d'habiter le massif, de le vivre, de le percevoir en forme de « POM », petite œuvre multimédia.

Un vétérinaire en montagne, un éditeur-diffuseur-animateur d'une épicerie littéraire, un boulanger en montagne, une sage-femme et les accouchements à domicile... mais aussi un hôtel des Alpes qui réserve une partie de son activité à l'accueil des personnes âgées en hiver, une médecin généraliste et sa passion pour les usages des plantes, un tout jeune pisteur-secouriste et sa première saison, un bûcheron et sa scie mobile, un vigneron et sa vigne de montagne,... et bien d'autres encore, bergers, gardiens , guides, ...

Ici le projet est d'essayer de parler du massif des Écrins, à travers son quotidien, à travers les bonheurs et les contraintes, sans nécessairement s'y aventurer très haut mais en ayant choisi d'y vivre adossé, dans la durée.

À l'occasion des 40 ans du Parc national des Écrins, la réalisation d'une importante série de POM a été confiée, sur appel d'offres, à deux équipes spécialisées dans les enquêtes et le montage de récits de vie.
Le Centre de l'oralité alpine (Conseil général des Hautes-Alpes) accompagne le Parc national des Écrins dans ce projet.

Chaque équipe met en œuvre au moins trois compétences parmi beaucoup d'autres : une compétence sociologique et d'aptitude à l'enquête autour des récits de vie, une compétence photographique et son parti pris d'écriture photographique pour chaque personne enquêtée et une compétence de montage sonore et visuel. Les photographes sont Simon Kyie et Jean-Pierre Vallorani. Une ethno-sociologue, Caroline Fontana, et une journaliste animatrice de la société Anecdoc sont plus impliquées sur les enquêtes orales .

L'exposition au musée dauphinois sera suivie d'une diffusion permanente dans le Parc national de Éecrins ainsi que sur les sites internet dédiés. Des projections-débats que ces créations ne vont pas manquer d'initier dans les villages et vallées du parc auront lieu à l'occasion des 40 ans du parc et bien au-delà.

Un anniversaire au plus près, en somme. Une intimité partagée.
Récits de vie, mémoire du territoire

Cette initiative vient enrichir les projets déja réalisés dans le cadre d'une convention culturelle engagée depuis 2008 avec le Conseil général des Hautes-Alpes.

Elle a permis un important travail avec le Centre de l'Oralité Alpine de mise en commun des fonds mémoriels sonores et visuels ayant trait à la montagne en général, au massif des Écrins en particulier. Témoignages et récits de vie forment la mémoire d'un territoire vivant.

Parmi les grandes enquêtes ayant donné lieu à des mises en forme de films, d'ouvrages, d'expositions et de montages sonores, on rappellera les programmes les plus importants :

  • Une vaste enquête sur le caractère du massif des Écrins conduite auprès de 30 grands témoins et les premières éditions de la série de portraits de l'Alpe, une exposition et la réalisation d'un film « Écrins, esquisse d'un caractère ».
  • Un important travail autour des représentations des métiers de l'altitude et la réalisation de trois films
  • La création d'un site dédié à l'enquête orale : « Pierres qui roulent » qui propose et diffuse la mise en forme de nombreuses enquêtes thématiques sonores et visuelles réalisées dans et à propos du territoire des Hautes-Alpes et du massif des Ecrins.
Partager cette page