Accueil du site
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

L’Isère en relief


Plan-relief de la ville de Grenoble (détail), Musée des Plans-Reliefs (C) RMN - Stéphane Maréchalle, René-Gabriel Ojéda

Les plans reliefs de Grenoble et de Fort-Barraux

Le plan-relief de Fort Barraux

À la fin du XVIe siècle, le duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier fait construire par provocation un fort en territoire français, près du village de Barraux, qui devient une position avancée dans la vallée de l'Isère, menaçant Grenoble. Le connétable de Lesdiguières attend que le fort soit achevé et approvisionné pour s'en emparer.
En 1692, Vauban visite le fort Barraux et le juge totalement inefficace. Pour autant, une place forte de montagne, même mauvaise, offre toujours des capacités de résistance. Il fait donc entreprendre des travaux pour améliorer la défense du fort, ce dont le plan-relief témoigne : les fossés ont été approfondis, deux lunettes ont été ajoutées sur le front de l'Isère pour supprimer des angles morts, les bastions ont été relevés et pourvus de casemates.

 

Construit en 1693, complété en 1818, restauré en 1920
Bois, papier, soie, métal
Échelle : 1/600
Dimensions : 4 x 4,50m
Superficie : 18 m2
Nombre de tables : 9

Plan relief de fort Barraux (photo RMN)
Plan relief de fort Barraux (photo RMN)Plan relief de fort Barraux (photo RMN)

Le plan-relief de Grenoble

Établie au pied du mont Rachais, Grenoble fut pendant longtemps la clé de la défense du Dauphiné face au duché de Savoie. Une enceinte bastionnée fut construite
par le connétable de Lesdiguières à partir de 1591.
À la suite de l'invasion de la cité par les coalisés en 1815, il fut décidé de moderniser les défenses de son fort qui domine Grenoble, appelé "la Bastille". En parallèle, le maire demanda qu'une nouvelle enceinte urbaine soit édifiée pour permettre
l'extension de la ville, qui étouffait dans ses fortifications du XVIe siècle. Bâtie entre 1832 et 1836 sous la direction du général Haxo, la nouvelle enceinte répondait ainsi davantage à des questions d'urbanisme qu'à des nécessités militaires.
Sur le plan-relief, exécuté peu de temps après ces travaux, l'enceinte du XVIe siècle et celle du XIXe coexistent, et délimitent deux parties de la ville très contrastées. Au bord de l'Isère, l'habitat est très dense, tandis qu'entre les deux enceintes, les faubourgs
récemment inclus à la ville sont à peine construits. Le plan-relief a été réalisé avant que cette zone ne fasse l'objet d'un plan d'urbanisme.
Finalement, le développement de la ville, qui avait conduit à l'agrandissement de l'enceinte urbaine, mena à sa destruction un siècle plus tard.

Construit de 1839 à 1848
Bois, papier, soie, métal
Échelle : 1/604
Dimensions : 8.20 x 7.25 m
Superficie : 59.45 m²

Plan relief de Grenoble (Photo RMN)
Plan relief de Grenoble (Photo RMN)Plan relief de Grenoble (Photo RMN)

Plan relief de Grenoble (Photo RMN)
Plan relief de Grenoble (Photo RMN)Plan relief de Grenoble (Photo RMN)

Plan relief de Grenoble (Photo RMN)
Plan relief de Grenoble (Photo RMN)Plan relief de Grenoble (Photo RMN)

Extraits du catalogue éponyme de l'exposition La France en relief. Chefs-d'œuvre de la collection des plans-reliefs, de Louis XIV à Napoléon III réalisée par la Maison de l'Histoire de France, la Réunion des musées nationaux - Grand Palais et le musée des Plans-Reliefs.
Rédacteurs : Eric Deroo, Max Polonovski, Isabelle Warmoes