Accueil du site
ACCUEIL / Ça s’est passé au musée / Le théâtre du temps
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Le théâtre du temps - Un dispositif expographique

Page en cours de construction

Ce dispositif expographique était proposé dans le cadre de l'exposition " Rester libres ! "

Entretien avec Fernand Garnier

Article paru dans le Journal des expositions du Musée dauphinois n°11 - Décembre 2006

Dans le cadre de Rester libres ! Fernand Garnier, directeur du Créarc, a été chargé de l'écriture et de la direction d'acteurs ayant donné naissance aux sept personnages de la deuxième partie de l'exposition. Rencontre à l'issue de son voyage à travers l'histoire.

Comment est né ce projet ?
Il est né à l'initiative de Jean-Claude Duclos. Lors de notre rencontre, il m'a expliqué le cadre général de l'exposition Rester libres ! et ce projet particulier de
« théâtre du temps ». Il s'agissait en fait de rendre compte à travers sept personnages, de la manière dont un certain nombre de notions (liberté, démocratie, État, etc.) ont évolué en Dauphiné, depuis environ 2000 ans.


Comment avez-vous travaillé ?
La liste de ces personnages m'a été fournie : elle était le résultat d'un travail de préparation effectué par un conseil scientifique qui avait abouti à une forte caractérisation de chacun d'eux. J'ai donc travaillé à partir de ce qui était au départ une contrainte et qui est devenu au fil du temps un véritable support. J'ai été chargé de l'écriture, de la distribution et de la direction d'acteurs, avant et pendant le tournage.


Y a-t-il des éléments identiques à la préparation d'une pièce ?

Il y a des aspects tout à fait communs. Pour le travail d'écriture notamment. Dans les deux cas, il faut faire vivre des personnages et maîtriser les événements dont il est question. En revanche, à la différence d'une pièce, les personnages ne sont pas en rapport les uns avec les autres. Ils se répondent malgré tout, dans leurs apparitions successives, en reprenant des thèmes qui leur sont communs, c'est une sorte de construction musicale.


Lesquels par exemple ?

Celui de « l'ailleurs » notamment. Les hommes et les femmes qui peuplent ce Dauphiné viennent en effet souvent d'autres régions ou d'autres pays, qu'ils soient allobroges - le mot signifie « venu d'ailleurs » - ou immigrés de la deuxième, troisième génération. Au-delà de l'histoire, il y a là une signification symbolique : l'homme vient toujours d'ailleurs et il est toujours en marche vers un ailleurs. Rester libres, c'est donc un voyage au cours duquel l'homme est en route vers son
étoile intérieure, celle qui lui permet de s'orienter et de trouver sa direction. C'est aussi pourquoi pour cela que le dernier personnage s'appelle Nedjma, « étoile ».


Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

De manière générale, ce travail fut un défi, notamment le travail d'écriture. J'ai beaucoup lu, il a fallu partir dans une recherche à travers le temps et le coeur des hommes, pour découvrir à la fois un contexte historique et élaborer la psychologie de chaque personnage. L'autre enjeu résidait dans le fait de créer une situation différente pour chacun (le paysan du Queyras s'adresse au groupe qui l'a mandaté, le révolutionnaire écrit à son ami Barnave, la militante associative répond à un journaliste...). Au final, ce fut un projet d'une grande complexité et exigeant sur le plan intellectuel, scientifique, moral, artistique et éthique. Cela a été une grande leçon pour moi, un vrai moment d'apprentissage.


Que retenez-vous de cette expérience ?

L'aventure fut passionnante. Au sein du Créarc, chacun s'est beaucoup investi, notamment Romano Garnier, qui m'a assisté dans la direction d'acteurs et Michelle Chevassus qui a énormément apporté au niveau des costumes. Ce projet fut très motivant, très excitant intellectuellement, puisqu'il s'agissait de montrer comment l'appétit de liberté et la volonté de construire une société plus humaine s'incarnent dans l'histoire. Cela nous permet aussi de nous resituer dans une chaîne de transmission, de rappeler que nous sommes héritiers de toute une histoire et que c'est à partir d'elle que nous agissons. n

 

L'exposition Rester libres !

Rester libres !
Rester libres !

Qu’ont de commun le Viennois allobroge au moment de la conquête romaine, le Vaudois fuyant les persécutions de la fin du XVe siècle, le parlementaire dauphinois à la veille de la Révolution, le résistant « de la première heure », la partisane du Planning familial des années 1960 ou encore le militant anti-raciste des années 2000 '
Dans quelle réalité historique s’ancrent toutes ces figures plus ou moins mythiques, quelle relation les unit et quels rôles jouent-elles dans la capacité dont témoigne la population à s’insurger, aujourd’hui, contre l’injustice, la misère ou le racisme ' Plus de deux cents associations de l’Isère défendent les Droits de l’Homme, en ce début du XXIe siècle. La population des Alpes dauphinoises serait-elle prédisposée par son histoire à lutter mieux que d’autres pour la liberté et la démocratie ' La montagne rendrait-elle libre, comme on aime à le dire ici ' Y aurait-il, plus qu’ailleurs, des Allobroges aux militants des Droits de l’Homme d’aujourd’hui des comportements d’exception '
Telles sont les questions auxquelles l’exposition Rester libres ! tente de répondre en proposant une rencontre avec sept personnages ayant combattu pour défendre leur liberté et leur dignité. Présentés dans leur contexte historique, puis mis en situation comme sur une scène de théâtre, ils confrontent leur conception de la liberté, du progrès, et de la démocratie. L’exposition évoque enfin les combats d’aujourd’hui en donnant la parole à quelques acteurs parmi les plus représentatifs de la défense des Droits de l’Homme en Isère.

--
Fenêtre sur l'exposition  Rester libres !
Révéler les coulisses d’une exposition alors même qu’elle se prépare dans le musée, tout en présentant les nombreux métiers qui participent à sa réalisation : c’est le pari de ce journal filmé et diffusé d’octobre à décembre 2006, aux portes de l’exposition Rester libres ! et sur cette page internet. Un journal évolutif qui s'étoffe au gré des travaux, de nouvelles images, de nouveaux reportages...

Voir les vidéos
http://www.musee-dauphinois.fr/md/index/num/155/lan/1

DATE

Du 08/12/2006 au 03/11/2008

ORGANISATEUR


EN SAVOIR PLUS

DOCUMENTS DP-Rester libres

COMMENTAIRES

DÉPOSER UN COMMENTAIRE

Retour à la page précédente
Voir tous les événements