Accueil du site
ACCUEIL / ACCUEIL / MATRICE - Exposition de Marie Goussé
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

ACCUEIL

Carrée de l'île, œuvre de Marie Goussé

MATRICE - Exposition de Marie Goussé

Les installations

INSTALLATIONS DE MARIE GOUSSÉ
présentées au Musée dauphinois du 15 mai au 27 septembre 2010

“ Ma démarche s’inscrit dans le sillage du nouveau parcours proposé par le Musée dauphinois à l’occasion de la célébration du quatrième centenaire de l’ordre de la Visitation. Mon regard sur la robe, les femmes de l’ombre, les qualités dites féminines de consolation, de soin et de sollicitude, en est le fil conducteur. ”

Les créations de Marie Goussé réveillent l’esprit des lieux qu’elle investit en retrouvant les traces des présences passées. Ainsi, les vêtements devenus matériaux dans ses oeuvres, témoignent-ils du lien que le vivant tisse sans relâche avec ce qui a été.

Marie Goussé travaille aussi deux matériaux qui ont des connivences, la plume et le textile, tous deux enveloppent et réchauffent, telle une matrice créant la vie en un lent processus de transformations.

Chacun de ses passages à Sainte-Marie d’en-Haut a renforcé sa complicité avec le monastère. Depuis plusieurs mois, inspirée par les lieux, hantée par ces pierres, elle sculpte, façonne, rend tangibles ses sensations. Elle nous livre aujourd’hui des sculptures de voiles aux silhouettes monumentales, un prie-Dieu défiant les hauteurs, une Chaise douce renversée suspendue aux grilles de la chapelle baroque, un tunnel reposoir sous le cloître,…

Le travail de Marie Goussé est éphémère, comme chargé de rétablir une fragilité dans ce lieu séculaire. Elle s’ empare du temps qui a fait son oeuvre, appose ses propres traces sur celles laissées par les moniales de Sainte-Marie d’en-Haut, déambulant en silence dans le cloître, recueillies dans le choeur des religieuses…

En images

Photos : Franck Philippeaux

La reine
La reineLa reine

La chaise douce
La chaise douceLa chaise douce

La chaise douce
La chise douceLa chise douce

La chaise douce - La reine
La chaise douce - La reineLa chaise douce - La reine

Le prie-dieu échelle
Le prie-dieu échelleLe prie-dieu échelle

Le prie-dieu échelle
Le prie-dieu échelleLe prie-dieu échelle

Univers ailes
Univers ailesUnivers ailes

La tonnelle reposoir
La tonnelle reposoirLa tonnelle reposoir

Métier à prier, 2010
Métier à prier, 2010Métier à prier, 2010

Petite méditation avec dentelle
Petite méditation avec dentellePetite méditation avec dentelle

Petite méditation avec tapisserie
Petite méditation avec tapisseriePetite méditation avec tapisserie

 

 

La carrée, 2009
La carrée, 2009La carrée, 2009

 

La carrée, 2009
La carrée, 2009La carrée, 2009

Le kiosque, 2009
Le kiosque, 2009Le kiosque, 2009

Le séchoir, 2010
Le séchoir, 2010Le séchoir, 2010

Entretien avec Marie Goussé - Le textile comme matériau

Résidence de Marie Goussé au musée - 10 - 15 mai 2010

Cette résidence se déroule du 10 au 15 mai 2010.
Ce diaporama vous montre le montage des installations par Marie Goussé avec la complicité de l'équipe technique du musée.

 

Appel à photographies !

Cet appel s'adresse à tous les photographes.

Marie Goussé et le musée lancent une collecte de photographies de l'installation « Le séchoir », oeuvre visible uniquement depuis la ville. Si vous vous baladez sur les quais, si l'une de vos fenêtres donne sur les terrasses du musée, nous vous remercions de nous envoyer votre prise de vue par messagerie *. Les photographies sélectionnées seront exposées sur le site internet du musée.

* envoyez vos fichiers :

  • au format .jpg
  • 1024 px pour la plus grande des dimensions (hauteur ou largeur)
  • Merci de mentionner le nom de la rue pour la géolocalisation de la prise de vue.
  • à l'adresse suivante : musee.dauphinois@cg38.fr

Le séchoir, Marie Goussé, mai 2010
Le séchoir, Marie Goussé, mai 2010 - Vue depuis les quais de l'Isère - Photographie : Franck PhilippeauxLe séchoir, Marie Goussé, mai 2010 - Vue depuis les quais de l'Isère - Photographie : Franck Philippeaux

Marie Goussé, devant l'oeuvre « Le séchoir »
Marie Goussé, devant l'oeuvre « Le séchoir » - Grenoble, passerelle Saint-Laurent - Jeudi 13 mai 2010 - Photo : Franck PhilippeauxMarie Goussé, devant l'oeuvre « Le séchoir » - Grenoble, passerelle Saint-Laurent - Jeudi 13 mai 2010 - Photo : Franck Philippeaux

 

Sélection biographique

Marie Goussé née dans l’Oise, est imprégnée des terres vertes et ventées de la Picardie de son enfance.
Elle fait son thème de prédilection du déplacement, de la transformation et de la tentative d’enracinement liés aux territoires.
Sa recherche l’a poussée à entreprendre des séjours de travail en -Arménie, Inde, Népal, Ladakh, Nouvelle Calédonie, Iles Éole, Tibet, Vanuatu...


En 2008, Florence Rionnet, directrice des Musées de Dinan et auteur d’ouvrages sur l’histoire de l’art, invite Marie Goussé à séjourner un mois sur place pour créer ses Dépouilles délicieuses, un travail in–situ présenté de mai à octobre, faisant à la fois référence aux collections textiles, aux gisants médiévaux et au jeu de collage des surréalistes : Les cadavres exquis.  C’est la première fois qu’un artiste contemporain, investit le Château Musée et la Tour de l’Horloge.

2007 est une année particulièrement riche pour Marie Goussé. Tandis qu’elle réaménage son atelier de Margny, trois expositions personnelles dans l’Oise : Château de Pierrefonds, Espace Saint Pierre des Minimes de Compiègne et la Médiathèque Jean Moulin de Margny dévoile différents aspects de sa démarche.
Le premier catalogue consacré à son travail est édité avec un texte de Jean Claude Le Gouic. Elle expose avec Acte 2 en Haute Savoie, avec La Nouvelle Galerie et l’ ADDC au Château de Monbazillac en Dordogne et elle travaille avec la Facim et le Programme Interreg III en Savoie.

En 2006, le Musée archéologique de St Romain en Gal /Vienne, du Département du Rhône a demandé à l’artiste d’habiller le site extérieur : enracinées dans la terre, gardienne de l’histoire enfouie, quatre installations monumentales et verticales, transparentes, fluides et légères entreprennent un dialogue poétique entre passé et présent.
Cette même année une œuvre double : Les Oiseaux , commande de l’Evêché de Beauvais pour l’Abbatiale de Saint Jean aux Bois a vu le jour. Marie Goussé a crée une série d’œuvres sur la présence féminine au Familistère Godin de Guise pour l’ancienne Mercerie du lieu. Elle a aussi réalisé un jardin potager aérien avec des jardiniers du Morvan, sous le regard de Jean Bojko et de son théâtre -Eprouvette pour les Jardins d’ Etonnants.

Pour 2005, c’est la Ville de Vervins dans l’Aisne, en partenariat avec les Ministère de l’Agriculture, Drac Picardie, Conseil général de l’Aisne, Conseil régional de Picardie, l’association Tac Tic et le Syndicat d’aménagement de l’Oise amont, a fait l’acquisition d’ une œuvre pérenne de Marie Goussé pour l’un de ses espaces verts.
De même la Direction de la Culture de la Province sud de Nouvelle-Calédonie, grâce au Ministère de la Culture et au soutien du Fonds d’aide aux échanges artistiques et culturels pour l’outre-mer, a fait appel à elle (2004), pour la création dans un de ses domaines, d’une double installation intérieure et extérieure sur le thème art et nature.

Elle a exposé notamment dans le jardin du Musée des beaux Arts de Lyon (2006),  aux Centres culturels de l’Ambassade de France et de l’Alliance française du Vanuatu (2004,) au Centre d’Art visuel de Lauris en Lubéron (2003), à la Biennale Internationale d’Art Contemporain de Gumri en Arménie, à la galerie de la Mapra à Lyon (2002), au Safran à Amiens (2000), au salon de Montrouge…

De ses installations monumentales in–situ ont été commandées entre autres par la Biennale internationale du lin de Portneuf au Québec (2005), par André Pitte pour la Fête de La Clairette de Die (2002,) par le Conseil Général de l’Oise en partenariat avec l’Onf et l’ Institut de France pour le parc de l’Abbaye de Chaâlis à Ermenonville -2000, par Maître Francis Briest pour le Donjon de Vez…

Enfin, son engouement à entraîner divers publics dans son travail lui ont permis d’intervenir pour des musées, Lycées agricoles et professionnels, collèges, et grand nombre d’écoles primaires en partenariat avec les Ministères de la Culture, de l’Education Nationale, de l’Agriculture, les Drac Picardie, Paca et Rhône Alpes, les Conseils Régionaux de Picardie et de Rhône Alpes, et les Conseil Généraux de l’Aisne, de l’Ardèche, de l’Isère et de l’Oise.

La presse en parle

France Bleu Isère - " On sort ce soir " - La nuit des musées - Emission du vendredi 14 mai 2010

Pour en savoir plus