Accueil du site
ACCUEIL / Le musée, cent ans d'histoire / Musées et société, aujourd’hui
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Le musée, cent ans d'histoire

Musées et société, aujourd’hui

actes du colloque tenu les 24 et 25 mai 2007 à Grenoble au Musée dauphinois. 

Le musée doit changer. L'explosion des pratiques numériques, le règne de « la raison gestionnaire » ou la dégradation du lien social, pour n'évoquer que ces faits, l'y conduisent,inévitablement. Cependant, comment dispenser plaisir, désir et connaissance, dans un contexte social et économique de plus en plus difficile ? Et comment adapter et synchroniser l'action culturelle du musée à l'évolution de la société, face à la science dont la caution reste indispensable, au politique en recherche de cohésion sociale ou au territoire de la population à laquelle il s'adresse ? Tels sont les défis qui firent l'objet, les 24 et 25mai 2007 à Grenoble, au Musée dauphinois, d'un colloque et de débats passionnés.
Les actes en sont ici rassemblés au profit d'une réflexion dont l'actualité reste vive, tant pour les professionnels que pour les usagers du musée.

Trois thèmes de réflexion ont été abordés au cours du colloque :

  • La relation du musée à la science : la domination de l'action culturelle a pu laisser croire que la recherche scientifique, indispensable à toute muséographie, soit de plus en plus délaissée. Comment les chercheurs, dont certains se désignent eux-mêmes comme les « soutiers » d'une institution, où la recherche ne serait plus qu'un « prétexte », vivent-ils cette évolution ? Comment la recherche scientifique continue-t-elle d'avoir sa place au musée, de nourrir ses présentations, de garantir sa crédibilité et d'assurer son devenir ?
  • La relation du musée au politique : elle s'est accrue au point que nombre de musées doivent aujourd'hui soumettre leur programmation à leur tutelle et s'exécuter, parfois, à la suite de ses demandes. Cette relation nouvelle au pouvoir est-elle compatible avec l'indépendance scientifique dont l'équipe du musée doit disposer ? Comment peut-elle, dans un tel contexte, mener le projet culturel à long terme dans lequel s'inscrit nécessairement l'action d'un musée ? 
  • La relation du musée au territoire : partant du principe que le public potentiel du musée est d'abord à rechercher dans la population d'un territoire, quels moyens a-t-on, avec et au-delà de sa représentation politique, pour apprécier ses aspirations, ses demandes ? Des opérations d'évaluation sont tentées ça et là mais souvent avec de très faibles moyens et des résultats difficiles à mettre en application. Comment rester en phase avec le public et le fidéliser autant qu'il est possible dans le territoire de rayonnement du musée, sans rien renier de la base scientifique de son action, et en confiance avec la collectivité de tutelle ? Quelle place donner aux valeurs dans le discours scientifico-politique que dispense le musée à l'égard de ses visiteurs ?

Ce colloque a été organisé par :

  • La Fédération des écomusées et des musées de société,
  • L'Observatoire des politiques culturelles
  • Le Musée dauphinois.